Le génocide des Grecs: le massacre de Smyrne (1922), témoignage


Article publié sur le site Armenian trends le 9 juillet 2010, mis en ligne le 4 janvier 2021. La carte est de Phily Boy sur Wikipedia

En août 1922, les troupes grecques – qui étaient arrivées 3 ans plus tôt conformément au Traité de Sèvres- quittent Smyrne. Quelques jours plus tard, les troupes kémalistes entrent dans Smyrne. Des incendies commencent alors à ravager les quartiers grec et arménien. « L’occupation turque de la ville s’est accompagnée d’un massacre d’environ 30 000 chrétiens grecs et arméniens. Dans le grand incendie qui a suivi, seuls les quartiers turc et juif ont survécu. «L’infidèle Izmir», comme les Turcs avaient appelé Smyrne en raison de son immense population non-musulmane, a été consumé par l’holocauste alors que des réfugiés affolés cherchaient à fuir vers les îles grecques voisines ». Nous rapportons ici le témoignage d’une de ces réfugiées. La description ci-dessus est extraite de Clogg, cité dans Hervé Georgelin; « la fin de Smyrne, un cosmopolitisme à détruire« , editions CNRS, 2005.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s