Esclavages occultés : le trafic d’êtres humains, aujourd’hui, en Mauritanie


Ce texte est la traduction de passages choisis du chapitre « Mauritanie » du rapport du Département d’Etat américain sur le trafic d’êtres humains, publié par l’administration Trump le 25 juin 2020 (https://www.state.gov/reports/2020-trafficking-in-persons-report/). Le rapport (570 pages) passe en revue tous les pays de la planète, un par un. Le chapitre sur la Mauritanie est page 340 (traduction via Google Traduction, revue ; les sous-titres sont de Dhimmi Watch). Toute la population mauritanienne (blancs et noirs) étant musulmane, Dhimmi Watch cite à la suite de cet article une sourate sur les « esclaves croyants »(musulmans), copiée du site oumma.com.

Le Gouvernement mauritanien ne satisfait pas pleinement aux normes minimales d’élimination de la traite, mais déploie des efforts considérables pour y parvenir. Le gouvernement a réalisé des réalisations clés au cours de la période considérée; la Mauritanie a donc été mise à niveau vers la liste de surveillance de niveau 2.
[Note de DW : il y a 4 listes : 1 tout va bien; 2 pas mal ; 2 surveillance : à surveiller;
3 : ça ne va pas du tout]

Des annonces, des initiatives, mais pas de volonté politique

Ces réalisations comprenaient la condamnation de cinq propriétaires d’esclaves héréditaires – affaires en suspens depuis 2011 et 2015. Le gouvernement a sollicité les contributions de la société civile et s’est coordonné avec elle pour rédiger une nouvelle législation anti-traite et un plan d’action national anti-traite. Pour prévenir la mendicité forcée des enfants dans les écoles coraniques, le gouvernement a lancé plusieurs initiatives, notamment la sensibilisation des imams et des chefs religieux sur la traite des enfants, la création d’un comité interministériel sur la mendicité forcée des enfants, la collaboration avec une ONG pour la publication d’un guide de protection de l’enfance et gérer un programme de transfert de fonds. Malgré ces réalisations, le gouvernement a rarement emprisonné des esclavagistes condamnés, et le gouvernement n’a pas identifié de manière proactive les victimes de la traite ou de l’esclavage héréditaire. 

Les organismes gouvernementaux chargés de lutter contre la traite et l’esclavage héréditaire ont continué de manquer de ressources, de personnel et de volonté politique pour poursuivre les délinquants politiquement liés, et des informations persistaient selon lesquelles des fonctionnaires refusaient d’enquêter ou de poursuivre les auteurs.

Les anciens esclaves et leurs enfants restent dépendants de leurs anciens propriétaires

Comme indiqué, au cours des cinq dernières années, les trafiquants d’êtres humains exploitent les victimes nationales et étrangères en Mauritanie, et les trafiquants exploitent les victimes de Mauritanie à l’étranger. Les adultes et les enfants des castes traditionnelles d’esclaves des communautés Haratine (Black Moor) et Afro-Mauritanienne (Halpulaar, Soninke et Wolof) sont soumis à des pratiques d’esclavage héréditaire enracinées dans des relations ancestrales maître-esclave, où ils sont souvent contraints de travailler sans salaire comme éleveurs de bétail et comme travailleurs domestiques. Bien qu’il n’existe pas de données fiables sur le travail forcé et l’esclavage héréditaire, les experts locaux et internationaux conviennent que l’esclavage héréditaire continue d’affecter une partie réduite, mais non négligeable, de la population dans les zones rurales et urbaines. De nombreux anciens esclaves et leurs descendants restent dans des relations de dépendance avec la famille de leurs anciens propriétaires d’esclaves en partie en raison des traditions culturelles ainsi que du manque de compétences et de possibilités économiques alternatives. 

Des anciens esclaves continueraient à travailler pour leurs anciens maîtres ou d’autres dans des conditions d’exploitation pour conserver l’accès aux terres qu’ils avaient traditionnellement cultivées. 

Des enfants contraints de mendier pour le compte des marabouts

Des marabouts corrompus forcent les garçons de Mauritanie et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest qui étudient dans les mahadras à mendier de la nourriture et de l’argent; les garçons issus de familles à faible revenu de la communauté Halpulaar sont particulièrement vulnérables. Selon une enquête de 2015, environ 41% des enfants mauritaniens n’ont pas de certificat de naissance et ne sont donc généralement pas autorisés à s’inscrire à l’école, ce qui augmente leur risque de traite.

Les femmes et filles d’esclaves à la merci de trafiquants

Des recruteurs frauduleux promettent aux femmes et aux filles mauritaniennes – en particulier celles des castes traditionnelles d’esclaves et des communautés afro-mauritaniennes – un abri et une éducation, mais les obligent à la servitude domestique, en particulier dans les grandes villes comme Nouakchott, Nouadhibou et Rosso. Les enfants d’ascendance haratine et afro-mauritanienne travaillant dans le secteur de la pêche sont vulnérables au travail forcé. Selon une ONG, des trafiquants contraignent les femmes et les enfants à faire de la contrebande de drogues illicites. Les femmes et les filles ouest-africaines, en particulier sénégalaises et ivoiriennes, sont vulnérables à la servitude domestique et au trafic sexuel en Mauritanie. Les réfugiées de Nouadhibou se livreraient à des activités sexuelles commerciales en raison de leur situation financière désastreuse, ce qui augmenterait leur vulnérabilité au trafic sexuel. Des trafiquants mauritaniens, nigérians et sénégalais de la ville portuaire de Nouadhibou ont exploité des migrants d’Afrique subsaharienne transitant par la Mauritanie en route vers le Maroc et l’Europe dans le travail forcé et le trafic sexuel. 

De fausses offres d’emploi qui débouchent sur une traite de femmes vers les Pays du Golfe

Des agences étrangères et des intermédiaires mauritaniens recrutent frauduleusement des femmes mauritaniennes pour des emplois d’infirmière et d’enseignement à l’étranger et les exploitent dans la servitude domestique et le trafic sexuel dans le Golfe, y compris en Arabie saoudite. Les hommes des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord utilisent des mariages temporaires légalement contractés pour exploiter sexuellement les filles et les jeunes femmes mauritaniennes. Des femmes et des filles mauritaniennes issues de familles pauvres contractent ces mariages forcés, facilités par des courtiers et des agences de voyages en Mauritanie et au Moyen-Orient, promettant un paiement substantiel, et sont exploitées comme esclaves sexuelles et dans le trafic sexuel en Arabie saoudite et dans d’autres pays du Golfe. En 2016, une organisation internationale a identifié et expulsé d’un camp de réfugiés dans le sud-est de la Mauritanie 16 enfants soldats maliens âgés de 15 à 17 ans associés à des groupes rebelles maliens; certaines des victimes avaient été recrutées au Mali et d’autres auraient été recrutées dans le camp en Mauritanie.

Note : on nous a demandé si des Musulmans peuvent être réduits en esclavage par d’autres Musulmans. Le Coran mentionne des « esclaves croyants » (musulmans). Sourate copiée par DW du site « oumma.com »:

Sourate 2, verset 221 : Et n’épousez pas les femmes associatrices* tant qu’elles n’auront pas la foi, et certes, une esclave croyante vaut mieux qu’une associatrice même si elle vous enchante. Et ne donnez pas d’épouses aux associateurs tant qu’ils n’auront pas la foi, et certes, un esclave croyant vaut mieux qu’un associateur même s’il vous enchante. Car ceux-là [les associateurs] invitent au Feu ; tandis qu’Allah invite, de par Sa Grâce, au Paradis et au pardon Et Il expose aux gens Ses enseignements afin qu’ils se souviennent !

  • les associateurs sont des chrétiens

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s