Dhimmi Watch

Dhimmisation Victimes

Dhimmisation de l’Europe (2): l’Allemagne renvoie des demandeurs d’asile chrétiens à leurs persécuteurs iraniens (R Ibrahim)

Nov 3, 2022

Dhimmisation de l’Europe (2): l’Allemagne renvoie des demandeurs d’asile chrétiens à leurs persécuteurs iraniens (R Ibrahim)

L’Allemagne renvoie en Iran des réfugiés chrétiens considérés comme apostats. En Iran ils risquent la mort. Étrangement, les ex-musulmans se heurtent en Allemagne aux mêmes discours discriminatoires qu’en Iran. Les informations compilée dans cet article font penser à une explication : l’Allemagne et le Royaume Uni (où des cas similaires sont rapportés) feraient confiance à des réfugiés déjà intégrés pour gérer les demandes d’asile ; mais ceux-ci, influencés par les règles de la charia et de la dhimmitude, seraient hostiles aux chrétiens et vengeraient l’islam en renvoyant les réfugiés à leurs persécuteurs iraniens. C’est un processus de dhimmisation du pays, car l’Allemagne semble déléguer son autorité à des personnes qui appliquent une autre loi, pas celle de l’Allemagne. Puisse cet article alarmer les décideurs.

La dhimmisation, c’est le processus de soumission progressive à l’islam politique, la transformation des citoyens en dhimmis, êtres de seconde zone.

L’Allemagne refuse l’asile à un Iranien converti au christianisme.[1]

Le titre original de l’article est « Germany Refuses Asylum for Muslim Apostate who Faces Death in Iran », écrit par Raymond Ibrahim, publié le 10 octobre 2022 dans le Middle East Forum.

Il s’agit ici de la traduction libre par Dhimmi Watch de cet article. Voir aussi le site de l’ONG Human Rights Without Frontier, qui rapporte ces cas. On consultera la version originale pour toutes les références. Voici notre traduction du texte.

L’Allemagne a accueilli plus d’un million de migrants musulmans en 2015 et 10 000 Afghans sans contrôles en 2021 – toutes des personnes qui, par définition, ne subissaient pas de persécution religieuse dans leur pays d’origine car elles sont elles-mêmes musulmanes. Cette même Allemagne a refusé l’asile à un ex-musulman converti au christianisme, même si l’un de ses proches a été torturé et assassiné pour le même « crime » d’apostasie dans son Iran natal.

Rencontrez « Hassan »

Sous le pseudonyme de « Hassan » qui protège son identité, cet ébéniste de 44 ans a demandé l’asile en Allemagne en 2018. Les autorités ont motivé leur rejet de son témoignage sur leur conviction que personne ne se convertirait au christianisme s’il connaissait le sort réservé en Iran aux convertis. En cela, elles faisaient référence au beau-frère de Hassan, qui a introduit Hassan au christianisme, et a ensuite été arrêté et tué en prison pour avoir participé à une église de maison. Les autorités allemandes ont conclu qu’il n’était « pas vraiment probable » que Hassan soit devenu chrétien et « certainement improbable » qu’il reste chrétien après un tel événement. En effet, la persécution et le meurtre devraient avoir un « effet dissuasif » sur tout candidat à la conversion, comme Hassan.

Après que l’Allemagne lui a fermé ses portes, Hassan a porté son affaire devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Mais cette Cour a aussi rejeté récemment son appel. L’apostat de l’Islam, âgé de 44 ans, est maintenant sur le point d’être expulsé vers la République islamique d’Iran, un acte équivalent à sa condamnation à mort, ou à tout le moins, à une persécution extrême et à l’emprisonnement.

Le témoignage de Hassan

Avant que les autorités allemandes ne rejettent sa demande d’asile, Hassan avait réalisé le témoignage suivant devant l’Office Fédéral des Migrations et des Réfugiés :

Le frère de ma femme était devenu une personne différente en devenant chrétien. Nous voulions voir si nous aurions aussi ce sentiment lorsque nous deviendrions chrétiens… . J’avais eu beaucoup de problèmes en Iran… J’avais beaucoup de questions [religieuses], mais je n’avais pas le droit de les poser. Quand je posais des questions, j’étais battu à l’école. Cela m’a amené à vouloir savoir à quel Dieu j’étais confronté. Un jour, mon beau-frère nous a dit, à moi et à ma femme, qu’il avait de bonnes nouvelles. Il y a un trésor, il y a un Dieu vivant, Jésus-Christ, nous sommes ses enfants et non ses esclaves…. Il a dit qu’il y avait un salut accessible facilement.

Son beau-frère allait être emprisonné pour ses activités d’église à la maison, et finalement assassiné en prison en raison de sa foi.

Le christianisme en Iran

Il convient de noter que la République islamique d’Iran est l’une des pires nations pour la persécution des chrétiens, en particulier les musulmans convertis. Comme l’a expliqué un groupe de défense des droits de l’homme en 2017 :

Un grand nombre d’Iraniens sont devenus chrétiens, un phénomène qui a fortement mécontenté les autorités. Il y a donc des arrestations périodiques, des détentions [et] des emprisonnements. Il y a eu beaucoup d’accusations ces derniers temps qui suggèrent une répression encore plus rigoureuse, avec des peines de 10 à 15 ans dans certains cas pour les chrétiens. Et généralement, les autorités suggéreront que c’est la conséquence pour avoir sapé l’État ou cherché à comploter contre l’État ; elles utiliseront de telles accusations plus politiques que, par exemple, les lois sur l’apostasie ou le blasphème.

Malgré ce climat d’oppression, et plutôt que d’être « dissuadé » par le meurtre de son beau-frère, Hassan, sa femme et ses enfants ont tous confirmé leur foi dans le Christ. Peu de temps après, des forces de sécurité iraniennes soupçonneuses ont pris d’assaut et pillé leur domicile de leurs livres, ordinateur, passeports et Bible. Hassan et sa famille ont répondu en fuyant l’Iran, pour finalement atteindre l’Allemagne. Hassan a déclaré :

« En Allemagne, je partage l’Évangile, j’organise des cercles de prière ici dans le logement … Je veux être un bon exemple, gagner les autres à la foi en Jésus-Christ. Mon plus grand objectif serait que mes enfants puissent trouver le Christ dans la liberté et faire le bien.« 

Comment se fait-il que l’Allemagne a considéré que la foi de Hassan était “incompréhensible” ?

Nous arrivons ici à une question cruciale mais rarement évoquée : comment se fait-il que les autorités allemandes, jugent d’abord « incohérent » le témoignage de Hassan, lorsqu’il explique qu’il est devenu chrétien en pleine connaissance des risques terribles qu’il encourait ? Une réponse évidente serait qu’en tant qu’athées et matérialistes, les fonctionnaires des autorités ne peuvent tout simplement pas croire ni comprendre que quelqu’un risque sa vie simplement pour devenir chrétien.

Mais, comme l’observe Lidia Rieder de l’ADF,[2] qui assiste Hassan, il existe des lignes directrices nationales et internationales pour les demandes d’asile fondées sur des motifs religieux… Malheureusement, ces lignes directrices sont appliquées de manière très sélective par les décideurs allemands : ils semblent ne pas admettre que des persécutions confirment certaines personnes dans leur foi et ne sont pas dissuasives, comme le montre d’ailleurs l’histoire du christianisme.

Il pourrait y avoir une autre raison pour laquelle “ces lignes directrices sont appliquées de manière très sélective par les décideurs allemands” : ces décideurs occidentaux pourraient eux-mêmes être des musulmans qui vengeraient ainsi l’Islam de ces apostats épris du Christ.

« Où est ton Dieu maintenant ? »

Il existe, en fait, de nombreux exemples de tels « décideurs occidentaux » n’appliquant pas les lignes directrices occidentales. En particulier au Royaume-Uni, où le Ministère de l’Intérieur gère son programme d’immigration – employant le sarcasme et la moquerie dans ses décisions de refuser l’asile aux convertis persécutés.

Ainsi, une demandeuse d’asile iranienne a été informée de manière sarcastique du refus du Ministère de l’Intérieur dans une lettre dans les termes suivants :

 « Vous avez affirmé dans votre entretien [Asylum Interview Record (AIR)] que Jésus est votre sauveur, mais vous avez aussi affirmé qu’il ne serait pas en mesure de vous sauver du Régime iranien. Il est donc considéré que vous n’avez aucune conviction dans votre foi et que votre croyance en Jésus n’est pas vraiment confirmée.”

Parlant de ses expériences, la femme refusée a expliqué son sort :

« Dans mon pays, si quelqu’un se convertit au christianisme, sa punition est la prison ou l’exécution.« 

Concernant sa demande d’asile, elle a dit que chaque fois qu’elle répondait à son intervieweur du Ministère,

« il riait ou peut-être était-ce de la moquerie quand il me parlait …. La personne m’a demandé pourquoi Jésus ne m’avait pas aidée face au régime iranien ou aux autorités iraniennes. »

De même, dans une lettre de refus du statut de demande d’asile, le Ministère de l’Intérieur du Royaume-Uni, a indiqué à un Iranien que plusieurs passages bibliques étaient « incohérents » avec sa conversion au christianisme après avoir découvert qu’il s’agissait d’une foi « pacifique ». La lettre citait des extraits bibliques – y compris de l’Exode, du Lévitique, de Matthieu et de l’Apocalypse – comme preuve supposée que la Bible est violente, avant de conclure :

« Ces exemples sont incompatibles avec votre affirmation selon laquelle vous vous êtes converti au christianisme après avoir découvert qu’il s’agissait d’une religion » pacifique  » par opposition à l’Islam qui contient la violence, la rage et la vengeance. »

En bref, les pays occidentaux qui accueillent des millions de musulmans religieux envoient à la mort des apostats musulmans.

Raymond Ibrahim est Judith Friedman Rosen Fellow au Middle East Forum

Il est aussi membre du Comité d’Honneur de Dhimmi Watch

Selon les information recueillies par Dhimmi Watch auprès de ADF International, une association qui l’a aidé, Hassan est arrivé en Allemagne en novembre 2018 et a aussitôt déposé une demande d’asile. Cette demande a été traitée avec une célérité impressionnante, puisqu’il recevait une réponse en janvier 2019 : négative. Il a tenté divers recours possibles. Mais en été 2022, il lui a été demande de quitter « volontairement » l’Allemagne. ADF est sans nouvelles de lui depuis.

L’illustration est une superposition réalisée par Dhimmi Watch de la carte d’Allemagne et d’une photo de l’ayatollah Khamenay (wikipedia commons, By Khamenei.ir, CC BY 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=47642349)


[1] Raymond Ibrahim: https://www.meforum.org/63695/germany-refuses-asylum-for-muslim-apostate-who, 10 octobre 2022

[2] Lidia Rieder est une avocate auprès de ADF International. Elle est spécialisée en droit international public. Elle œuvre “à promouvoir et protéger la liberté religieuse, la liberté d’expression, la vie et la famille.” https://www.google.com/search?q=google+translate&oq=googlle+translate&aqs=chrome.1.69i57j0i10l9.5597j0j7&sourceid=chrome&ie=UTF-8