À propos


Définition de la dhimmitude

1. Le djihad : quelles conséquences pour les populations ?

La notion de dhimmitude est corrélée à celle du djihad : la guerre contre les non-musulmans, dans le but d’imposer la charia sur toute la planète. Si les païens refusent de se convertir à l’islam, ils sont mis à mort ou réduits en esclavage. Le sort réservé aux « peuples du Livre » (Chrétiens et Juifs notamment) est un peu moins horrible : ils sont des dhimmis, soumis aux lois de la dhimmitude.

2. Qu’est-ce que la dhimmitude ?

Les dhimmis peuvent conserver leur religion à condition de se soumettre à un ensemble de lois discriminatoires et humiliantes, la dhimmitude.S’ils refusent cette condition d’infériorité et d’abaissement, ou s’ils dérogent à ces lois ou encore si la situation politique évolue, c’est la mort ou l’esclavage. Ils peuvent aussi être chassés de leur propre pays.

L’ensemble des lois qui constituent la dhimmitude furent établies par les juristes musulmans dans les deux premiers siècles après la mort de Mohamed.

À l’époque, il s’agissait de “gérer” les populations des pays qui venaient d’être conquis et islamisés.

3. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Sous l’influence de l’Europe, la dhimmitude avait été abolie dans l’Empire Ottoman en 1853. Mais cette abolition ne fut que locale et temporaire. Ces lois racistes et discriminatoires envers les non-musulmans perdurent.

Ce racisme est systémique dans les pays régis par la charia. C’est ainsi que la jeune ouvrière chrétienne, Asia Bibi, passa 9 ans dans les couloirs de la mort au Pakistan. Son crime ? Avoir bu dans le même verre qu’une collègue musulmane !

4. La dhimmitude est-elle du racisme ?

Aujourd’hui, même dans les pays non soumis à la charia, les non-musulmans (Juifs et Chrétiens mais aussi athées) sont considérés comme inférieurs ! C’est effectivement du racisme. Les islamistes désapprouvent le mode de vie et d’être dans les démocraties. Ils veulent que les dhimmis se soumettent à l’islam ! Les organisations antiracistes doivent en prendre conscience.

Au nom de ce racisme, des islamistes n’hésitent pas à attaquer des églises et des synagogues, voire à tuer des dhimmis. C’est ainsi qu’ils ont assassiné le professeur Samuel Paty en octobre 2020, en représailles à un simple cours d’instruction civique. On harcèle et on tue au nom de la dhimmitude aujourd’hui en France ! En mars 2021, le professeur de philosophie Didier Lemaire a dû fuir la ville de Trappes où il enseignait à cause de menaces de mort !

5. En conclusion :

Les islamistes européens veulent soumettre les non-musulmans aux principes et à l’esprit de la charia et les obliger à respecter l’islam. Il n’y a pourtant aucune réciprocité et les islamistes ne respectent aucune croyance autre que la leur.

Les principes de la dhimmitude légitiment aussi le terrorisme. Ils incitent aussi au racisme envers des Noirs, même musulmans, ce qui arrive dans plusieurs pays islamisés. Ils ne sont pas compatibles avec les démocraties ni avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. C’est d’ailleurs la raison qui a poussé la Ligue Islamique Mondiale à publier une Déclaration islamique des Droits de l’Homme : selon eux, les droits de l’homme sont encadrés et limités par la charia.

L’association Dhimmi-Watch

En novembre 2019, un groupe de lanceurs d’alerte a fondé DHIMMI-WATCH, l’Observatoire International de la Dhimmitude. Ils sont originaires d’Europe, d’Afrique et d’Amérique. Ils sont Arméniens, chrétiens, juifs, musulmans, croyants ou non-croyants. Ensemble, ils défendent les droits humains et demandent l’abolition de la dhimmitude, pour que tous les êtres humains soient enfin considérés comme égaux. Ils veulent avertir les opinions publiques du sort des dhimmis, pour rendre aux dhimmis leur dignité, pour commémorer leur résistance à l’oppression longue et cruelle qui leur a été imposée en terres islamisées et pour soutenir ceux qui souffrent aujourd’hui.

Déclaration d’Association publiée
au JO du 2 novembre 2019

Celles et ceux qui nous font l’honneur de nous soutenir :
Bat YE’OR, présidente ; Magdi Cristiano ALLAM, Waleed ALHUSSEINI ; Alain-René ARBEZ ; Jean- Claude BADOUX ; Claire BRIERE BLANCHET ; Diagne CHANEL ; Alexandre DELVALLE ; Bernice DUBOIS ; Petra HELDT ; Raymond IBRAHIM, Jean-Pierre LLEDO ; Malcolm LOWE, Sammy GHOZLAN ; Jean-Loup MSIKA ; Lina MURR NEHME ; Lucien Samir OULAHBIB ; Boualem SANSAL ; Jacques TARNERO ; Ara TORANIAN ; Olivier VERON