Dhimmi Watch

Histoire Victimes

Le 11 septembre 2001 et la mondialisation de l’antisémitisme (Matthias Küntzel)

Oct 1, 2022

Le 11 septembre 2001 et la mondialisation de l’antisémitisme (Matthias Küntzel)

Au 21ème siècle, l’islam politique diffuse une haine obsessionnelle envers les Juifs et un mépris pathologique envers les Chrétiens.

Dhimmi Watch vous propose cette lettre de Matthias Küntzel, Professeur de Politique à Hambourg, à propos de la commémoration en 2022 de l’attentat du 11 septembre 2001. Son ouvrage le plus récent est « les nazis et le Proche-Orient. Origines de l’antisémitisme islamique » (Nazis und der Nahe Osten. Wie der islamische Antisemitismus entstand, Leipzig 2019). La lettre est une traduction libre de l’original (en anglais et en allemand), publiée sur le site de l’auteur (http://www.matthiaskuentzel.de/contents/911-and-the-globalization-of-antisemitism), avec son accord.

Pour les liens entre islam politique et nazisme, on écoutera également avec profit la conférence de Michaël Prazan, prononcée dans une zoom conférence de Dhimmi Watch le 22 septembre 2022: (https://dhimmi.watch/2022/09/18/islamisme-le-nouveau-totalitarisme-22-septembre-2022-video-conference-de-dhimmi-watch/).

Bonjour chers amis,

Je m’appelle Matthias Küntzel, je suis un politologue et historien non juif de Hambourg, en Allemagne. Il y a 30 ans, j’ai commencé à étudier l’idéologie nazie, en particulier l’idéologie antisémite, afin de comprendre comment Auschwitz a pu se produire et de comprendre comment mes propres parents ont pu aimer Hitler quand ils étaient jeunes.

Puis vint le 11 septembre. Cette attaque a eu lieu il y a presque exactement 21 ans. Toute personne suffisamment âgée pourra se souvenir des images terrifiantes : les visages désespérés derrière les fenêtres du World Trade Center ; les employés ordinaires plongeant vers la mort.

Les auteurs ont forcé des centaines de passagers d’avion à participer à leur propre suicide afin d’en immoler des milliers d’autres sur leur lieu de travail – c’était en effet un crime monstrueux, scandaleux. Norman Geras, le philosophe britannique, l’a qualifié de « crime contre l’humanité ».

Ainsi, tout comme je cherchais auparavant à comprendre l’idéologie nazie, maintenant je voulais comprendre l’idéologie des islamistes. Je voulais savoir : quelles idées ont poussé à l’action le groupe dirigé par Mohamed Atta ?

J’ai eu une réponse lors du premier procès d’un membre du groupe d’Atta à Hambourg en 2002. J’ai eu la chance de connaître le journaliste de Reuters qui a assisté et pris des notes à ce procès. Permettez-moi de citer ce que des témoins du groupe ont dit à la cour à propos d’Atta :

 « La vision d’Atta était basée sur une façon de penser national-socialiste. […] Il considérait New York comme le centre de la communauté juive mondiale, qui était, selon lui, l’ennemi numéro un.« 

Les membres de son groupe sont convaincus que les Juifs auraient été à l’origine de la Seconde Guerre mondiale. Ils « croyaient en une conspiration mondiale juive ».

Oussama ben Laden, le chef d’Al-Qaïda, partage cette vision. Permettez-moi de citer sa « Lettre au peuple américain » de novembre 2002 :

« Les Juifs ont pris le contrôle de votre économie à travers laquelle ils ont pris le contrôle de vos médias et contrôlent maintenant tous les aspects de votre vie, faisant de vous leurs serviteurs et réalisant leurs objectifs à vos dépens. »

Ben Laden construit ici une opposition entre « mauvais juifs » et « bon peuple américain ». Sa haine des États-Unis est basée sur la conviction que « les Juifs » contrôlent le pays et en abusent à leurs propres fins juives et israéliennes. Nous pouvons donc voir que bien que le 11 septembre ait été dirigé contre les États-Unis, la motivation de l’action était la haine antisémite.

Mais la plupart des gouvernements, des médias et des militants n’ont pas voulu parler de la dimension antisémite du 11 septembre. Ils n’ont montré aucun intérêt pour le monde imaginaire des auteurs ; ils ne voulaient pas reconnaître la logique immanente derrière leur comportement. Pas même aux USA ! Le rapport officiel américain de 2004 sur le 11/9 en est un bon exemple. Le mot antisémitisme n’apparaît pas dans la section du rapport sur la « vision du monde de Ben Laden ». Dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme », aucune disposition spécifique n’était prévue pour lutter contre l’idéologie qui avait motivé le terrorisme en question.

Nouvel élan à l’antisémitisme

Les semaines et les mois qui ont suivi le 11 septembre ont montré que cette omission était une grave erreur. Dix jours seulement après le 11 septembre, Jeremy Corbyn et d’autres vétérans de la gauche radicale britannique ont lancé la « Stop the War Coalition », qui allait se transformer en une alliance entre islamistes et gauchistes britanniques. Les kamikazes palestiniens ont été salués comme des combattants héroïques de la liberté. Les prédicateurs musulmans extrémistes ont utilisé des sermons enflammés pour encourager les jeunes musulmans britanniques à aspirer au djihad – non sans succès, comme cela est apparu lors d’événements tels que l’attentat du 7 juillet 2005 à Londres, l’attentat à la bombe de la Manchester Arena en 2017 ou le meurtre de Lee Rigby.

Le refus de reconnaître les véritables motivations d’Al-Qaïda a entraîné un renversement de responsabilité : plus le terrorisme est meurtrier, pensaient tant de gens, plus la culpabilité américaine, israélienne ou britannique était grande. Les auteurs ont été déclarés victimes et les victimes auteurs.

Les mythes du complot antisémite se sont multipliés. Des graffitis associant l’étoile de David au nombre 9/11 sont apparus dans de nombreux endroits à travers la Grande-Bretagne. Le message était que le Mossad avait été impliqué dans la planification de l’attaque.

Le slogan « Hey USA !!! Pourquoi 4 000 Juifs se sont-ils échappés du Boom ? » faisait référence à l’affirmation selon laquelle 4 000 Juifs auraient travaillé au World Trade Center et ne se seraient pas présentés à leur travail le 11 septembre parce qu’ils avaient été prévenus de l’attaque. Cette légende, inventée et diffusée par la chaîne de télévision du Hezbollah Al-Manar, a atteint des millions de personnes dans le monde à la vitesse de l’éclair.

Quelle image des « Juifs » une telle histoire brosse-t-elle ? Premièrement, il accepte le mythe selon lequel le Mossad ne reculera devant rien pour nuire à la cause arabe. Deuxièmement, cela suggère que 4 000 Juifs de New York obéiraient aux ordres du Mossad avec une discipline militaire. Troisièmement, elle suppose l’existence d’une volonté de destruction de la population non juive, puisque, selon cette légende, les Juifs de New York auraient laissé mourir de sang-froid leurs collègues non juifs.

La propagation mondiale de ce virus haineux a marqué un tournant en soi. Du jour au lendemain, la fabrication d’une conspiration mondiale juive s’est largement répandue comme cadre d’interprétation de base pour un événement d’importance mondiale.

Le 11 septembre a ainsi donné un nouvel élan à l’antisémitisme et la force meurtrière des attentats a rejailli d’abord sur Israël. Au cours des mois et des années qui ont suivi, Israël s’est vu confronté non seulement à une escalade des attentats-suicides palestiniens, mais aussi à des mobilisations antisémites en Europe et dans le monde arabe.

Ainsi, la tentative d’ignorer la haine des juifs des terroristes du 11 septembre s’est soldée par un désastre : cette attaque antisémite est devenue le point de départ de la mondialisation de l’antisémitisme. La grande question est alors : pourquoi la dimension antisémite du 11 septembre a-t-elle été ignorée ? Comment était-ce possible ?

Une réponse évidente, bien sûr, est qu’à cette époque, le London Centre for the Study of Contemporary Antisemitism (Centre londonien d’Étude de l’Antisémitisme Contemporain) n’existait pas encore. Mais je voudrais maintenant examiner de plus près ce problème.

Qu’est-ce qui empêche les gens, en général, de reconnaître l’antisémitisme lorsqu’il se manifeste ? Pourquoi tant de gens veulent-ils éviter ce problème ? Je voudrais vous proposer trois de mes idées sur le sujet.

Premièrement : Le problème de la rationalisation [des attentats]

J’ai déjà mentionné le rapport officiel de la Commission américaine sur le 11/9 qui a ignoré l’antisémitisme d’Oussama Ben Laden. Au lieu de cela, ce document donne la fausse impression que l’islamisme est né à l’origine en réponse aux récentes politiques américaines et occidentales. C’est un exemple typique de rationalisation au travail. Incapables de donner un sens à la véritable motivation derrière le 11 septembre, les auteurs déconcertés du rapport ont trouvé refuge dans une idée qui leur était familière : l’Occident est coupable. Si l’Occident s’était comporté différemment, selon l’argument, l’attaque n’aurait pas eu lieu.

Mais l’antisémitisme rejette cette logique. Ce n’est pas une chose facile à saisir, car nous vivons dans un monde dans lequel nous croyons automatiquement qu’il doit y avoir une source plausible pour chaque problème. Mais ce n’est pas ainsi que fonctionne l’antisémitisme. L’antisémitisme ne tient pas compte de la logique de bon sens de cause à effet.

Pensez à la Shoah ! Nous devons constamment répéter qu’il n’y avait pas la moindre raison sociale ou autre raison plausible pour le meurtre de 6 millions de Juifs. Les nazis croyaient en leur propre illusion que les Juifs étaient responsables de toute la souffrance et de la misère dans le monde. Ils étaient convaincus que seule la destruction totale des Juifs pourrait sauver le monde de cette souffrance et de cette misère.

Leur action était psychopathologique ; c’était complètement coupé de la réalité. À ce jour, la Shoah nous fournit la preuve la plus convaincante de cette particularité de l’antisémitisme : il n’y avait pas et il n’y a pas de raison rationnelle à cela.

Et c’est pourquoi il est faux de séparer l’Holocauste de l’antisémitisme et de l’enfermer dans le carcan de l’idéologie postcoloniale en tant que soi-disant «crime colonial intra-européen».

Cela m’amène à la première de mes trois suggestions pour le London Centre :

La conscience de l’Holocauste est au cœur de la lutte contre l’antisémitisme. Il s’agit de se souvenir des assassinés. Mais il s’agit aussi et surtout de notre regard sur la société et sur le monde ; d’une vision qui ne détourne pas les yeux du mal, mais le reconnaît et le combat comme un fait.

Quiconque ne reconnaît pas l’horreur spécifique de l’Holocauste (la shoah) ne pourra pas non plus reconnaître ce qui distingue l’antisémitisme du racisme. Et celui qui ne reconnaît pas cette spécificité de l’antisémitisme ne pourra guère développer une sensibilité à la nécessité pour Israël d’exister comme moyen d’autodéfense pour les Juifs.

Revenons à notre question : qu’est-ce qui empêche les gens de reconnaître l’antisémitisme lorsqu’il se manifeste ?

Deuxièmement : épargner l’antisémitisme musulman

Supposons que les nazis américains aient mené une attaque similaire contre le World Trade Center. Les gouvernements et les médias auraient-ils affiché le même désintérêt pour l’antisémitisme des agresseurs ? Vous serez, je pense, d’accord avec moi pour dire que c’est inconcevable. Alors pourquoi le comportement antisémite, lorsqu’il est pratiqué par des musulmans, est-il jugé différemment de celui des nazis ?

On dit communément que la haine des juifs contemporaine au Moyen-Orient n’a rien à voir avec la haine historique des Juifs en Europe. Certains considèrent l’antisémitisme musulman comme une forme légèrement déformée de la lutte de libération des Arabes, d’autres l’excusent comme une réponse aux activités de l’État juif. Tous conviennent que les Juifs israéliens sont responsables du comportement des antisémites. Israël serait la cause, ainsi va leur mantra, et la haine des Juifs l’effet.

Tout fait qui pourrait contredire cette approche rationalisante est ignoré : la culpabilité présumée d’Israël ne doit pas être remise en question. Ainsi, par exemple, beaucoup dans le milieu universitaire ne veulent rien savoir de l’influence de l’Allemagne nazie sur le monde arabe et de ses séquelles.

Cependant, dans ce domaine, de nombreuses nouvelles études sont apparues depuis le 11 septembre qui démontrent que la haine contemporaine des Juifs au Moyen-Orient est intimement liée à la haine historique des Juifs en Europe ; que la propagande antisémite de l’Allemagne nazie en langue arabe a laissé un héritage durable au Moyen-Orient ; que la similitude frappante entre les slogans et graphiques anti-juifs contemporains et ceux des nazis n’est pas un hasard. Trop nombreux, sont ceux, cependant, qui refusent de prendre au sérieux la haine des Juifs par les islamistes et qui confrontent le sens ordinaire de ce qu’ils disent et écrivent.

Cela conduit à une autre particularité : beaucoup de ceux qui minimisent l’antisémitisme trouvent des excuses au Moyen-Orient pour ce qu’ils condamnent en Europe. « Toutes les formes de négation de l’Holocauste sont-elles les mêmes ? », demande par exemple le professeur antisioniste Gilbert Achcar. « Un tel déni [de l’Holocauste], quand il vient des oppresseurs, ne devrait-il pas être distingué du déni dans la bouche des opprimés ? Ici, Achcar donne aux négationnistes de l’Holocauste, tant qu’ils appartiennent à ce qu’il considère comme un « groupe opprimé », une carte blanche morale : ce qui serait autrement scandaleux devient acceptable.

A mon avis, c’est à la limite du racisme que de construire une sorte d' »homo islamicus » en appliquant des normes différentes aux musulmans qu’aux non-musulmans. Les musulmans sont ainsi infantilisés : enrôlés comme membres d’un groupe à protéger, ils sont privés de la volonté et de la capacité critique que nous, Européens, réclamons pour nous-mêmes. « Ce sont mes compatriotes musulmans », écrit Maajid Nawaz, « qui souffrent le plus de ce mollycoddling condescendant et inspirant l’apitoiement sur soi ».

Il va sans dire que ceux qui combattent l’antisémitisme doivent aussi combattre toute forme de racisme, y compris lorsqu’il est manifesté par des Juifs en Israël ou ailleurs. Cependant, nous devons en même temps insister sur le fait que les personnes qui prétendent lutter contre le racisme doivent également lutter contre toutes les formes d’antisémitisme, même lorsqu’il est manifesté par des musulmans.

Un problème majeur et aigu

Ici, cependant, nous nous heurtons à un problème majeur et aigu que je vais illustrer par une digression.

Toutes les enquêtes pertinentes – dans le monde et en Europe occidentale – montrent que les attitudes antisémites sont beaucoup plus répandues chez les musulmans que chez les non-musulmans. En Allemagne, par exemple, une enquête représentative en mai 2022 a révélé que l’antisémitisme était beaucoup plus répandu parmi les musulmans que parmi la population générale et était particulièrement fort parmi les musulmans qui fréquentent fréquemment les mosquées.Alors qu’un pourcentage embarrassant de 23% de la population allemande générale était d’accord avec la proposition selon laquelle les Juifs sont trop puissants, le chiffre est passé à 49% pour les musulmans et à 68% parmi les musulmans fortement religieux [Voir note de DW sur l’influence des Frères musulmans sur cet antisémitisme[1]]

Par ailleurs, l’antisémitisme islamique est marqué par une radicalité exceptionnelle. Prenons un seul exemple, celui de l’Holocauste.

Les groupes néonazis à l’ancienne en Europe ont tendance à nier ou à minimiser l’Holocauste ; ils le justifient rarement ouvertement. Mais Sayyid Qutb, le plus célèbre des Frères musulmans au XXe siècle, a justifié la Shoah et l’a décrite comme une punition divine et juste :

« Alors Allah a amené Hitler pour régner sur eux.« 

C’est peut-être un exemple extrême, mais de telles déclarations ne suscitent aucune critique ou condamnation significative dans le discours public arabe. De plus, ils ne se limitent pas aux groupes marginaux [Sur Sayd Qutb voir la note de DW[2]]

Ainsi, en 2009, le cheikh Yousuf Al-Qaradawi, aujourd’hui le principal idéologue des Frères musulmans, a répété l’approche de Qutb. Sa justification de l’Holocauste a été diffusée sur Al-Jazeera TV :

    « Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux [Juifs] le peuple qui les punirait pour leur corruption. La dernière punition a été exécutée par Hitler. […] Il a réussi à les remettre à leur place. C’était une punition divine pour eux. Si Allah le veut, la prochaine fois sera entre les mains des croyants ».

Ce que Qaradawi espère est clair : le prochain « châtiment divin » tel que l’Holocauste sera perpétré par des musulmans. Avec cela, nous sommes arrivés au scénario actuel, mot-clé Téhéran.

Ce nouveau châtiment des Juifs israéliens, prétendument justifié par des motifs religieux, est ce que les islamistes de Téhéran préparent et propagent. Le guide suprême de l’Iran, Ali Khamenei, a décrit « la guerre contre la Palestine [comme] une guerre contre l’existence de l’islam ». Il a déclaré :

« Le sort du monde de l’Islam et le sort de tous les pays islamiques… dépendent du sort de la Palestine. »

Sa conclusion est claire :

« Nous pensons que l’anéantissement du régime israélien est la solution au problème de la Palestine. ”

Il n’y a, bien sûr, aucun fondement rationnel à la haine de Téhéran envers Israël. Il n’y a pas de problèmes frontaliers entre Israël et l’Iran. Il n’y a pas non plus de problème de réfugiés entre eux. Néanmoins, le régime iranien affirme qu’Israël et le sionisme représentent un mal qui doit être éradiqué afin de libérer l’humanité.

À cet égard, ce que le régime de Téhéran prépare à la vue de tous va au-delà du 11 septembre :

Les Gardiens de la Révolution se vantent de pouvoir « raser le régime sioniste en moins de huit minutes ». Un documentaire télévisé iranien « 7 Minutes to Tel Aviv » montre des images d’attaques simulées contre des cibles clés en Israël, notamment le réacteur nucléaire de Dimona, la Knesset et des centres d’affaires. Le guide suprême de l’Iran, Ali Khamenei, a déclaré que d’ici 2040 au plus tard, Israël n’existerait plus. Un compte à rebours à Téhéran indique le nombre de jours restant avant que la fin prévue d’Israël ne soit censée arriver.

Les gouvernements occidentaux, cependant, ne prennent pas au sérieux cet antisémitisme génocidaire. Pourquoi ? Vraisemblablement parce qu’ils sont encore une fois sous l’emprise de l’illusion de cause à effet et rationalisent la haine des juifs de Téhéran en croyant qu’Israël doit en quelque sorte en être responsable.

Analyser et combattre ces plans iraniens n’a rien à voir avec « l’islamophobie », mais tout à voir avec l’impératif catégorique de Theodor Adorno selon lequel nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir « qu’Auschwitz ne se répète jamais, que rien de tel ne se reproduise ».

De nombreux universitaires modernes, cependant, évitent cette question par peur d’être étiquetés « anti-arabes » ou « islamophobes ». C’est un sérieux problème ; beaucoup dans les universités occidentales, craignant l’ostracisme, ne disent pas ce qu’ils pensent et restreignent le champ de leurs recherches. Espérons que le London Centre puisse faire la différence ici.

En Grande-Bretagne même, il y a des musulmans éminents qui luttent activement contre l’antisémitisme parmi les musulmans. J’espère – et c’est ma deuxième proposition – que le Centre d’étude de l’antisémitisme contemporain de Londres les soutiendra et encouragera également les chercheurs non musulmans à aborder le sujet de l’antisémitisme chez les musulmans avec un regard inflexible.

Revenons donc à notre question initiale : qu’est-ce qui empêche les gens de reconnaître l’antisémitisme lorsqu’il se produit ? Cela m’amène à un dernier point lié à Jeremy Corbyn et à son alliance islamo-gauchiste.

Antisémitisme dirigé par Israël

Les hostilités contre Israël apparaissent aujourd’hui sous la forme d’un mouvement en tenaille : D’un côté de la tenaille, on a des antisémites classiques comme Ali Khamenei ou Hasan Nasrallah, le leader du Hezbollah. De l’autre côté, nous trouvons des compagnons de voyage non juifs et juifs de l’antisémitisme – les soi-disant antisionistes – qui reprennent et renforcent les tentatives de l’Iran de rendre la destruction de l’État juif idéologiquement et émotionnellement plus acceptable.

Une caractéristique essentielle de cet antisionisme est la falsification de l’histoire factuelle du Moyen-Orient. Ils s’accrochent, par exemple, au mantra de l’OLP selon lequel « le sionisme est … organiquement lié à l’impérialisme mondial et s’oppose à tous les mouvements de libération ou de progrès dans le monde », pour citer la Charte de l’OLP de 1968.

C’est une falsification de l’histoire. En fait, c’est le contraire qui est vrai, comme l’a récemment montré Jeffrey Herf dans son dernier livre incontournable, intitulé « Israel’s moment ». D’une part, nous apprenons qu’avant 1948 le sionisme n’était pas promu mais combattu par « l’impérialisme mondial » – si l’on entend par là le gouvernement britannique et le Pentagone et le département d’État aux États-Unis – parce qu’au début de la guerre froide le sionisme était considéré comme un outil de Moscou.

D’autre part, en 1946, le sionisme n’était pas opposé, mais soutenu par les « mouvements pour le progrès dans le monde » évoqués par l’OLP. Cela comprenait non seulement tous les gouvernements du bloc soviétique, mais aussi toutes les forces conservatrices, libérales et de gauche aux États-Unis qui avaient adopté une position anti-nazie pendant la guerre. Face à la Shoah, en 1945, toutes ces forces prônent l’établissement d’un État juif. De plus, en 1948, lorsque les pays arabes ont attaqué Israël, ils se sont prononcés pour la défense de cet État, tout en dénonçant les antisémites et les collaborateurs nazis comme l’ancien mufti de Jérusalem, Amin el-Husseini.

Ma troisème proposition

Je suis donc convaincu que le Centre doit s’efforcer de briser le monopole historiographique de l’OLP et de développer une vision nouvelle et indépendante de l’histoire du Moyen-Orient. En 1975, l’Assemblée générale des Nations Unies a voté pour cibler le sionisme comme « une forme de racisme ». Bien que cette résolution ait été renversée en 1991, la haine d’Israël est restée virulente notamment dans les universités. Il est grand temps de dissiper les miasmes qui ont faussé l’étude de l’histoire du Moyen-Orient depuis lors.

Il reste encore beaucoup à découvrir. Et on découvrira peut-être que le nouveau London Centre peut renouer avec la tradition du mouvement anti-nazi de la fin des années 1940.

Voilà donc mes trois suggestions pour le travail du Centre Londonien : premièrement, renforcer la sensibilisation à l’Holocauste, afin de mettre en lumière la nature spécifique de l’antisémitisme ; deuxièmement, analyser l’antisémitisme dans le monde musulman et troisièmement, reconstruire la véritable histoire du conflit au Moyen-Orient sans œillères idéologiques.

Et permettez-moi d’ajouter pour un moment vraiment horrible qu’il y avait une perspective d’un Premier ministre britannique antisémite, mais le pire ne s’est pas produit. Cela était également dû à l’unité de la communauté juive britannique et à sa forte volonté de résistance. Cependant, tout l’épisode montre également à quel point la glace sur laquelle nous patinons est mince et combien de travail nous attend. Les fausses conclusions tirées du 11 septembre devraient rappeler le péril.

J’apprécie votre attention et je voudrais remercier mon ami londonien Colin Meade pour son aide dans la préparation de cet article. Puisse le London Centre for the Study of Contemporary Antisemitism connaître le grand succès dont il a besoin !

Mathias Küntzel

L’illustration de cet article provient de wikimedia commons: world trade center morning of 9-11-01 seen from rooftop in williamsburg brooklyn with williamsburg bridge in foreground taken by submitter By Pauljoffe at English Wikipedia, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=92460551


[1] Note DW : Hassan Iquioussen, étude de texte : https://dhimmi.watch/2022/07/31/hassan-iquioussen-etude-de-texte-a-feigenbaum/

[2] Note DW : voir l’interview d’Olivier Carré, « L’islam de Sayyid Qutb, un combat total contre un adversaire à la fois juif, chrétien, athée », Le Monde 9 janvier 2022. Pour une présentation de l’histoire des Frères musulmans, voir la conférence de Michaël Prazan le 22 septembre 2022. Lien youtube dans https://dhimmi.watch/2022/09/18/islamisme-le-nouveau-totalitarisme-22-septembre-2022-video-conference-de-dhimmi-watch/