Arménie, lettre ouverte de soutien d’universitaires israéliens, mars 2021


Une lettre ouverte d’un groupe d’universitaires juifs et israéliens pour soutenir l’Arménie. Ils pensent que l’Azerbaïdjan a entrepris une campagne de calomnie contre l’Arménie et prennent sa défense. Cette longue lettre ouverte est parue le 4 mars 2021 sur le site israélien ARUTZ 7. Elle a été transmise à Dhimmi-Watch par Ara Toranian, membre du Comité d’Honneur de Dhimmi Watch. Nous en publions ici des extraits. Pour la version complète, avec un panorama historique plus complet, en anglais, voir ARUTZ 7. La photo vient du site ARUTZ 7. Elle représente une marche de la mort, comme il y en eut beaucoup pendant le génocide. On obligeait des femmes, des vieillards et des enfants à marcher, parfois sur des centaines de kilomètres, avec peu ou pas d’eau, peu ou pas de nourriture. On devine l’horrible résultat. Ce génocide est motivé pour partie par le nationalisme turc, mais aussi par des appels au djihad, contre ces Arméniens qui n’étaient que des dhimmis.

Nous, soussignés, sommes des universitaires juifs et israéliens dans le domaine des études du Proche et du Moyen-Orient. Nous écrivons cette lettre ouverte pour défendre l’honneur et la renommée d’un peuple et de son pays près de notre patrie : l’Arménie. Nous écrivons ceci parce qu’il y a eu une campagne dans la presse israélienne et juive, que nous soupçonnons financée par le gouvernement de l’Azerbaïdjan, pour calomnier et diffamer les Arméniens. L’un de ces articles a été publié sur le site Web d’Arutz Sheva (qui, il faut ajouter, a également publié plusieurs articles expliquant le point de vue arménien) dans un article de Paul Miller le 23 février 2021, dans le Jerusalem Post.

Il y a un siècle, les nationalistes turcs ottomans ont utilisé la Première Guerre mondiale comme prétexte pour exterminer les Arméniens, accusés, comme les juifs le sont souvent, d’être une cinquième colonne déloyale. Certains des cousins ​​azerbaïdjanais des Turcs ont participé à des pogroms anti-arméniens dans divers endroits, y compris une région appelée Haut-Karabagh. Une génération après les événements, un avocat juif polonais, Raphael Lemkin, a inventé le terme de « génocide » pour décrire ce qui avait été fait aux Arméniens et ce qui se passait pendant la Seconde Guerre mondiale à son propre peuple en Europe.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les puissances occidentales ont courtisé l’amitié turque dans la croisade contre le communisme. À la limite orientale de l’Arménie historique, dans la Transcaucasie sous domination soviétique, un petit État arménien soviétique a été fondé. Lorsque l’Union soviétique a implosé, des tensions ethniques refoulées ont éclaté en guerres à la fois à l’intérieur et entre d’anciennes républiques soviétiques, y compris les voisins de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan. Les deux pays nouvellement indépendants sont entrés en guerre contre l’enclave à majorité arménienne du Karabagh en Azerbaïdjan, dont la population avait réclamé l’autonomie. Quelque trente mille vies ont été perdues; et les Arméniens ont gagné à la fois le Karabagh et une vaste zone tampon stratégique des districts environnants. Près d’un million de réfugiés azerbaïdjanais ont été contraints de fuir leurs maisons et leurs fermes.

L’Azerbaïdjan pro-occidental, riche en pétrole, voisin de l’Iran, est devenu entre-temps un partenaire commercial et un allié d’Israël, offrant à nos forces aériennes une base près de la frontière iranienne. De plus, il existe une grande et très ancienne communauté juive en Azerbaïdjan. Nous insistons ici sur le fait que nous ne contestons pas les intérêts nationaux vitaux de notre pays, Israël. Il n’est pas non plus question de nous excuser auprès de quiconque, parce que nous nous défendons.

À l’automne 2020, l’Azerbaïdjan a lancé une guerre pour reprendre le Karabagh. La Russie a vendu des armes aux deux côtés; La Turquie a massivement soutenu l’Azerbaïdjan avec des hommes et du matériel, y compris des drones de haute technologie; et Israël a également vendu des drones et d’autres matériels à son allié. La Russie a un pacte de défense avec l’Arménie, mais comme l’Arménie proprement dite n’a pas été envahie, Poutine a choisi de se tenir à l’écart.

L’Azerbaïdjan a infligé une défaite écrasante et totale aux Arméniens: la Russie est intervenue au dernier moment pour négocier un accord de cessez-le-feu et stationner des forces de maintien de la paix de son armée dans la région. Ce n’était pas la guerre d’Israël. Nous avons de bonnes relations avec l’Arménie. Nous n’aurions pas du prendre parti. L’antisémitisme est profondément enraciné et endémique en Arménie, mais pas plus que dans la plupart des sociétés chrétiennes. Plusieurs d’entre nous, spécialistes des études arméniennes, ont rencontré de tels préjugés à de nombreuses reprises. Sans surprise, la récente guerre a servi de prétexte à de telles attaques contre Israël, notamment sur les réseaux sociaux. L’Azerbaïdjan en a profité pour monter une offensive de propagande dans les médias juifs et israéliens. Les articles ostensiblement rédigés par divers auteurs de lieux différents semblent, de façon intéressante, tous insister sur les mêmes deux ou trois points[ces points sont développés dans l’article en anglais].

Nous ne pouvons pas nous attaquer à toutes les fausses informations qui sortent de Bakou. Mais nous tenons à déclarer ici que nous, précisément en tant que Juifs et Israéliens, soutenons le droit du peuple arménien de vivre en tant que nation libre sur sa terre natale. Il y a eu de nombreuses guerres, et elles continuent à se produire parce que la vérité en est toujours la victime. Mais la vérité, un peu comme nous, les Gens du Livre, ne peut être tuée. Elle ressort sans cesse. Les dictateurs Poutine et Erdogan peuvent faire ce qu’ils veulent dans leurs pays malheureux, sacrifier des innocents pour jouer leurs jeux, mais pas dans ce cas, pas avec l’Arménie.

Signataires :

° James Russell, Mashtots Professor emeritus of Armenian Studies, Harvard University
° Michael Stone, Professor emeritus of Armenian Studies and of Comparative Religion, the Hebrew University of Jerusalem

° Yoav Loeff, Instructor in Armenian Studies, the Hebrew University of Jerusalem

° Oded Steinberg,, Lecturer in International Relations and European Studies, the Hebrew University of Jerusalem

° Reuven Amitai, Professor of Middle Eastern History, the Hebrew University of Jerusalem

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s