À propos (1ère version)


Comité d’Honneur : Bat YE’OR, présidente ; Magdi Cristiano ALLAM, Waleed ALHUSSEINI ; Alain-René ARBEZ ; Jean- Claude BADOUX ; Claire BRIERE BLANCHET ; Diagne CHANEL ; Alexandre DELVALLE ; Bernice DUBOIS ; Petra HELDT ; Raymond IBRAHIM, Jean-Pierre LLEDO ; Malcolm LOWE, Sammy GHOZLAN ; Jean-Loup MSIKA ; Lina MURR NEHME ; Lucien Samir OULAHBIB ; Boualem SANSAL ; Jacques TARNERO ; Ara TORANIAN ; Olivier VERON

La dhimmitude est liée à l’idéologie du djihad, qui menace tous les peuples. Avec DHIMMIWATCH, un groupe de défenseurs des droits humains et d’intellectuels d’Algérie, de France, d’Israël, d’Italie, de Suisse et des USA a décidé d’alerter l’opinion publique du sort réservé aux dhimmis afin que les victimes retrouvent leur dignité et que la dhimmitude soit abolie.

Qu’est-ce que la dhimmitude ?

Le mot « dhimmitude » désigne un ensemble de dispositions imposant la discrimination, l’humiliation et la persécution de populations autochtones (Arméniens, Chrétiens, Juifs, Zoroastriens …) dans les pays conquis par le djihad. S’ils souhaitent conserver leur foi, ils deviennent des « dhimmis » : leur vie et leurs biens sont « protégés » et ils jouissent d’une autonomie juridique et religieuse limitée.

Les règles de la dhimmitude ont été établies par les juristes musulmans : les dhimmis sont dépossédés de leur territoire, de leur identité de peuple et de nation, soumis à un statut d’infériorité et exposés à de nombreuses humiliations (par des restrictions sur leur culte, leur habillement, leur métier, leur comportement, leur habitation), voire à la déportation de masse.

Au cours des siècles, s’ils se révoltaient et enfreignaient ces règles, ou simplement selon les aléas de la situation économique ou politique, les dhimmis ont été expulsés, réduits en esclavage, tués ou ont subi des génocides comme au début du XXe siècle dans l’empire ottoman, les Arméniens, les Grecs pontiques et les Assyro-Chaldéens.

Une seule religion en Arabie dès 640 : On évoque souvent la dhimmitude en se référant au sort des fermiers juifs de Khaybar, vaincus par le Prophète Mahomet en 628. Aux termes d’un arrangement, ils furent dépossédés de leur terre et durent reverser au vainqueur la moitié de leurs produits. En contrepartie, ils eurent le droit de rester sur place et de pratiquer leur religion. Mais quelques années plus tard les Musulmans les accusèrent d’avoir assassiné un Musulman, ce que les Juifs nièrent. Mais malgré ces dénégations, les Musulmans les chassèrent de leurs maisons et de leur terre.

En 631, les Chrétiens de Najran signèrent avec le Prophète un accord similaire. Mais en 640, le calife Omar ibn al-Khattab expulsa d’Arabie tous les Chrétiens et les Juifs. Pour lui, il ne pouvait y avoir qu’une seule religion en Arabie : l’islam.

La dhimmitude, crime contre l’humanité : Aujourd’hui, la dhimmitude anime la plupart des attaques racistes contre des dhimmis dans le monde. Elle fait obstacle à la paix entre les peuples dans le respect mutuel. La dhimmitude n’est pas le problème de quelque minorité particulière : elle est associée à l’idéologie du djihad, menaçant l’humanité entière. Daesh et les organisations affiliées menacent les Chrétiens d’Orient de génocide. Boko Haram réduit les écolières chrétiennes en esclavage. Le Hamas enseigne qu’il est pieux de massacrer des civils et des enfants juifs. La Turquie nie toujours le génocide arménien. Le Tehreek-e-Labbaik Pakistan voulait pendre la chrétienne Asia Bibi, en dépit de son acquittement par les juges. Des églises sont incendiées chaque jour en Afrique et au Moyen Orient.

Prendre conscience : Les Européens ignorent la dhimmitude et la haine qui frappent des dizaines de millions de victimes à travers le monde. Profitant de cette ignorance, les djihadistes font progresser leur stratégie d’intimidation des sociétés occidentales tout en appelant à la haine contre elles.

Dhimmi-Watch : En novembre 2019, un groupe de lanceurs d’alerte a fondé DHIMMI-WATCH, l’Observatoire International de la Dhimmitude. Ils sont originaires d’Europe, d’Afrique et d’Amérique. Ils sont Arméniens, chrétiens, juifs, musulmans, croyants ou non-croyants. Ensemble, ils défendent les droits humains et demandent l’abolition de la dhimmitude, pour que tous les êtres humains soient enfin considérés comme égaux. Ils veulent avertir les opinions publiques du sort des dhimmis, pour rendre aux dhimmis leur dignité, pour commémorer leur résistance à l’oppression longue et cruelle qui leur a été imposée en terres islamisées et pour soutenir ceux qui souffrent aujourd’hui.

Déclaration d’Association publiée
au JO du 2 novembre 2019