Dhimmi Watch

Actualité vive Victimes

L’Azerbaïdjan a bloqué la seule route d’accès au Haut-Karabakh (alerte CSI)

Jan 13, 2023

L’Azerbaïdjan a bloqué la seule route d’accès au Haut-Karabakh (alerte CSI)

Il y a un peu plus d’un siècle, la Turquie commettait un terrible génocide de chrétiens arméniens. Le nationalisme n’explique pas à lui seul les guerres menées par des régimes islamiques à leurs voisins non-musulmans : l’esprit de la dhimmitude, cette législation islamique moyenâgeuse, joue aussi un rôle important :[1]   les non-musulmans doivent se convertir ou se soumettre. C’est ainsi que la Turquie et l’Azerbaïdjan menacent toujours l’Arménie.

Dhimmi Watch réaffirme ici qu’aucune personne, aucun groupe tribal ou étatique ne doit être persécuté ni discriminé en raison de sa croyance, quelle qu’elle soit, ou de non-croyance.

La population du Haut-Karabagh est arménienne à plus de 90 %, mais la région est une enclave dans l’Azerbaïdjan, le puissant voisin de l’Arménie. En décembre 2022, des manifestants azéris ont occupé l’unique route reliant le Haut-Karabagh à  l’Arménie, déclenchant un blocage de carburant, de médicaments, de nourriture, coupures d’électricité en plein hiver, de liaisons internet…  Le 12 janvier 2023, le premier ministre d’Arménie appelait les autorités arméniennes du Karabagh à négocier avec l’Azerbaïdjan.[2] Nous reproduisons ici un appel lancé par Christian Solidarity International (CSI) le 9 janvier 2023, par courriels.[3] :

« Le 13 décembre, des militants et des soldats azerbaïdjanais ont mis en place un blocus sur la seule route reliant le Haut-Karabakh à l’Arménie, et donc aussi au reste du monde. Les 120 000 chrétiens arméniens résidents du Haut-Karabakh sont réellement en état de siège.

Des centaines d’habitants arméniens du Karabakh sont bloqués en Arménie, incapables de rentrer chez eux. Les autorités sanitaires du Karabakh ne sont pas en mesure de transporter les patients en Arménie pour y être soignés.

Les autorités locales mettent en garde contre une catastrophe humanitaire si le Haut-Karabakh n’a plus accès au carburant, aux médicaments, à la nourriture et à d’autres biens de première nécessité venant du monde extérieur.

Vardan Tadevosyan, directeur du Centre de réadaptation Lady Cox à Stepanakert et partenaire du projet de CSI au Karabakh, a fait ces commentaires au téléphone le 13 décembre :

« Il fait un froid glacial et aujourd’hui il n’y a pas d’électricité. Les enfants et les adultes handicapés du Centre de réadaptation sont anxieux. Les Azéris et leurs alliés turcs pouvaient attaquer à nouveau à tout moment. Tout le monde ici se souvient du génocide arménien et du nettoyage ethnique et des atrocités commises contre les Arméniens en 1988-1994 et 2020. Les Azéris font circuler sur leurs réseaux sociaux des photos et des vidéos de décapitations et d’autres exécutions d’Arméniens, semblables à celles de l’État islamique. Il y a un réel danger que les Arméniens soient pris au piège et massacrés ici si
l’Azerbaïdjan est autorisé par ses partenaires occidentaux et ailleurs à mener de nouvelles opérations militaires spéciales contre nous.

Nous espérons que les intérêts pétroliers des grandes puissances en Azerbaïdjan et les intérêts géopolitiques en Turquie ne leur permettront pas de fermer les yeux sur une reprise du génocide arménien au Haut-Karabakh. Nous appelons les partenaires économiques et militaires de l’Azerbaïdjan à mettre un terme à l’agression du régime d’Aliyev. »

Depuis la guerre d’agression de 2020 menée par l’Azerbaïdjan et la Turquie  contre les Arméniens du Haut-Karabakh, la région autonome a été presque complètement encerclée par l’armée azerbaïdjanaise, avec seulement un petite force russe de maintien de la paix pour protéger la population. Jusqu’à présent, les Russes n’ont pas utilisé la force pour mettre fin au blocus.

La campagne de nettoyage ethnique menée par l’Azerbaïdjan au Haut-Karabakh en 1988-1994 a commencé de la même manière, avec un blocus du trafic routier et ferroviaire dans la région, suivi d’attaques armées. L’objectif clair de la dictature azerbaïdjanaise est de rendre impossible pour les chrétiens arméniens de vivre dans leur patrie.

CSI est solidaire des chrétiens arméniens du Haut-Karabakh.

Nous soutenons leur droit de se gouverner eux-mêmes dans leur patrie, et nous appelons les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Union européenne et la Fédération de Russie à contraindre l’Azerbaïdjan à mettre fin au siège du Haut-Karabakh. »

 

Illustration : chapelle, lac de Van, 2011 (photo Feigenbaum)

 


 


[1] Dhimmi Watch, 2022 : “Dhimmitude (3) : le légiste Abu Yousof” https://dhimmi.watch/2022/12/24/la-dhimmitude-3-le-legiste/

[2] Garo Ulubeyan,  13 janvier 2023 : Le Premier ministre arménien appelle les leaders du Karabagh à négocier avec Bakou, Nouvelles d’Arménie Magazine  https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=99947

[3] CSI France : 1er décembre 2022 : Les Arméniens ont besoin de notre aide !  https://www.csi-france.fr/actualites/armenie-haut-karabakh-aidons-les-armeniens/